Et maintenant ? Et après ? Et pourquoi ?

Paris attentats 13 novembre soutien France

crédit photo Sean X. Liu

Quelques jours après les attentats du 13 novembre, la vie reprend son court à Paris. Les terrasses se remplissent doucement et les rues redeviennent bruyantes. Dans le métro c’est un peu plus calme, mais les Parisiens sont fidèles à eux-mêmes, toujours pressés.

Sur les réseaux sociaux, les bloggeuses postent à nouveau des photos de rues ensoleillées, de parts de gâteaux et de carrousels pastels, en se dédouanant avec une caption du style « difficile de reprendre le rythme, mais la vie continue » ou bien « je mange du gâteau, mais surtout je n’oublie pas ». Au début ça choque, et puis ensuite on s’adoucit. Effectivement, il faut bien que la vie continue, et heureusement. Parce que les Parisiens ne savent pas ne pas vivre, et qu’on les aime pour ça. Moi-même je mange beaucoup de gâteau en ce moment.

En même temps on se justifie comme on peut, parce qu’on a l’impression de devoir se justifier de tout maintenant. Maintenant qu’on a été recouverts par la vague de sollicitude venue du monde entier, des témoignages touchants, des monuments en bleu-blanc-rouge, on se sent presque coupable de ne pas penser constamment à l’attentat, à la douleur, à la peur.

Peut-être aussi parce que sur Paris pèse un poids plus lourd : le monde entier nous regarde, veut nous prendre dans ses bras. Mais personne ne s’intéresse à Beyrouth. Je ne suis certes pas une forcenée des informations, mais je n’étais même pas au courant de cet attentat-là. Et en le découvrant je me suis sentie coupable : pourquoi nous plus qu’eux ? Soudainement ces marques de soutien m’angoissent.

Peu après les premiers élans du monde vers Paris, un ami a posté sur Facebook une remarque que j’ai trouvée très juste, en s’étonnant du nouveau hashtag de ralliement PrayforParis : « dans ces cas-là on ne prie pas, surtout dans un pays laïque ». C’est vrai que #PrayforParis c’est presque ironique quand la religion semble être une part de nos malheurs. Prière contre prière ? À quoi bon. Merci de ce soutien tout symbolique, mais Paris n’a pas de religion. Pour moi le Parisien est semblable à ce qu’écrit Baudelaire, « aussi libre qu’un Dieu ».

Il portait dans ses yeux la force de son cœur.
Dans Paris son désert vivant sans feu ni lieux,
Aussi fort qu’une bête, aussi libre qu’un Dieu.

______________________________________________________

Ce n’est pas du haut de ses 20 ans qu’on donne des leçons, je le sais bien. Mais j’avais envie de dire ces choses, de les écrire et des les faire entendre, aussi simples soient-elles, parce qu’elles me touchent ou m’interpellent, selon. Et vous ?

Share on FacebookPin on PinterestTweet about this on TwitterGoogle+share on TumblrEmail to someone

Mini/Maxi

 

Mini Maxi art photomontage

Ça fait un moment que je n’ai rien écrit ici, je le reconnais, mais je suis super busyyy ! Contrairement à ce que les gens ont l’air de penser, et ce que je pensais moi-même, les étudiants en art ont énormément de boulot, et je n’échappe pas à la règle. Mais entre mon manque de sommeil et mes crampes au bras (ça c’est à force de trimballer mon carton), je fais parfois des trucs dont je suis assez contente.

It’s been a while but I’ve been super busy! Many people think, and I though too, that art students have it easy but they don’t, and I’m not the exception. But despite my lack of sleep and my arm cramp I got from carrying my board everywhere, I sometimes make things I’m happy about.

Cet extrait en fait partie ! Le but était ensuite d’en faire un fanzine, que j’ai eu le plaisir de tenir entre mes mains après deux longues heures de galère à l’imprimerie (enfin je dis l’imprimerie pour faire genre, en fait je suis allée chez Office Dépôt comme tout le monde).

This is part of one of those. I made a fanzine that I had the pleasure to hold in my hands after too long hours of hell at the printing shop. 

Mini Maxi Art Photomontage

Mini Maxi Art Photomontage

Mini Maxi Art Photomontage

Je pense (j’espère) que ça parle de soi-même, mais je précise quand même que j’ai essayé de jouer sur des formes d’objets mini et/ou maxi, que j’ai associé.

I think (I hope) that it speaks for itself but I’d rather explain that I tried to play with shapes by mixing objets that were big and small. 

Voilà les poussins, j’espère que ça vous plaira et je mettrai probablement d’autres travaux bientôt. Sur ce je retourne faire de la peinture !

That’s it for now! I hope you like it and I’ll probably post some other work soon. Now I’m off to paint!

Share on FacebookPin on PinterestTweet about this on TwitterGoogle+share on TumblrEmail to someone